Translation

Explications

Version courte : 

Le simple fait d’exprimer une intention lors de notre endormissement l’imprime dans notre inconscient.

C'est cette partie inconsciente qui prend en charge à la fois nos fonctions corporelles et nos besoins cognitifs (mémorisation, compréhension, apprentissages divers etc.).

Cette partie de nous-même ne s’arrête jamais, à l’instar de notre cœur et de notre estomac par exemple. Pendant notre sommeil elle recrée des neurones, des connexions neuronales et des cellules là où nous en avons besoin pour améliorer certaines fonctions et en réparer d’autres.

Hélas il arrive qu'elle doive choisir entre deux maux, par exemple entre mieux cicatriser une plaie ou éliminer les sources d'infection qu'elle contient, et dans ces cas il peut arriver que ses choix automatiques ne soient pas ceux que nous voudrions : dans l'exemple ci-dessus la cicatrisation - considérée comme plus urgente pour ne pas perdre de sang - peut éventuellement s'effectuer au détriment d'une infection.

Il peut arriver aussi que le choix se porte par exemple entre oublier un événement traumatisant et somatiser sur une douleur dont l'origine nous sera inconnue, ou s'en souvenir et vivre quotidiennement dans l'anxiété, voire l'angoisse.
Dans ce cas l'oubli sera privilégié pour faciliter le quotidien, mais il peut entraîner des complications somatiques à long terme...

Comme on le comprend ici, notre partie inconsciente peut faire des choix et agir sur notre corps et notre psyché de manière parfois erronée, simplement parce qu'elle fait des choix par défaut pour répondre à ce qu'elle a de biologiquement programmé comme le plus urgent pour maintenir en nous une santé générale équilibrée.

Pour éviter ces erreurs il lui faut donc une directive nette et précise, qui soit raccord avec ce que nous savons consciemment, et le temps de travailler pour réparer ce qui doit l'être en dehors de nos sollicitations quotidiennes.

Et c'est ce pourquoi est née la méthode des rêves, qui nous permet d'orienter le travail silencieux et constant de nos ressources inconscientes pour faciliter nos réparations et aller naturellement vers une meilleure santé.



Pour aller plus loin (lecture facultative) : 

Comprenez bien qu’il ne s’agit pas de rêve lucide, ni de rêve éveillé qu’il soit dirigé ou libre, ni d’une quelconque autre technique pour dériver nos rêves : 
il s’agit d’utiliser le plus simplement possible les rêves naturels que nous faisons tous pendant notre sommeil en leur donnant de manière simple, intuitive et sans équivoque les directives nécessaires pour faire ce pour quoi je pense qu’ils existent, c’est-à-dire réorganiser et réparer notre corps - notre cerveau et sa production de notre psyché en faisant évidemment partie.

Chaque nuit, chaque jour, à chaque seconde, la partie inconsciente de nous-même, qui s’occupe généralement de tâches communes comme notre respiration, notre digestion, notre circulation sanguine etc. peut aussi silencieusement et régulièrement s’occuper de guérir nos maux, et exactement comme il lui arrive parfois de dérégler nos fonctions et de nous rendre malade lorsqu’elle aura mal compris ou mal vécu quelque chose qui nous serait arrivé, elle peut, en étant correctement guidée par notre intention, mettre toutes les ressources à sa disposition pour nous réparer.

Depuis la nuit des temps, le rêve fascine l’humanité, et il est pratiqué depuis toujours toutes les nuits, pendant toutes les siestes et autres sommeils courts, par absolument tous les êtres humains, sans aucune exception.

On pourrait alors se demander pourquoi ces rêves que nous faisons tous et toutes naturellement depuis notre naissance, deviendraient subitement thérapeutiques… 

On pourrait se le demander, si on oubliait un fait établi dans nos sociétés modernes : nous avons oublié l’importance du rêve, et nous l’avons laissé à une partie inconsciente de nous-même, sans vraiment jamais l’avoir regretté, car notre cartésianisme nous a fait considérer tout ce qui n’entrait pas dans notre champ de conscience comme secondaire, voire négligeable, et qui par là même ne serait pas digne de notre intérêt.

Nous savons maintenant, d’après les sciences humaines classiques autant que suite aux travaux sur les neuro-sciences les plus avancés, que le rêve a une véritable fonction de fixation des mémoires du vécu et de l’appris, qu’il a lieu absolument à chaque fois que le sommeil s’établit, et qu’il permet des changements de connexions neuronales autant que des créations de ces connexions, ainsi même que des créations de neurones !

Et ceci toute la vie durant, contrairement à une ancienne idée qui voulait que notre cerveau cesse d’évoluer vers l’âge de 25 ans, nous savons maintenant qu’il continue à créer ses cellules et ses connexions neuronales pour nos réflexions et nos mémorisations jusqu’à notre mort.

Et nous savons aussi que nous ne connaissons qu’une partie de la partie visible de l’iceberg…

Bref, tout savant qui se respecte n’osera plus édicter aucun dogme ni aucune pontification sur les capacités de notre cerveau, et ravi de cet état de fait j’encourage, que dis-je, j’implore tout scientifique intéressé par le sujet à étudier la méthode que je propose ici pour essayer d’expliquer scientifiquement avec des essais mesurés en laboratoire comment et pourquoi elle fonctionne.

Personnellement je ne suis pas scientifique - même si j’ai un esprit souvent critiqué comme tel - et je ne suis parvenu à l’établissement de la méthode des rêves qu’à la suite de ce qu’on peut appeler une intuition, provoquée par mon propre besoin de soins et de guérison.

J’ai ensuite été le propre cobaye de mes tests et mes propres soins ont servi à l'élaboration de ma méthode, testée ensuite avec bonheur par quelques amis et connaissances.

Vous-même vous arrivez à un stade précoce de sa diffusion, et votre avis sera précieux à la fois pour la faire connaître aux gens à qui vous voulez vraiment du bien, et plus ambitieusement si vous êtes vraiment altruistes, au monde entier.


En ce qui concerne la genèse de la méthode des rêves : 

La méthode des rêves est donc née d’une intuition et d’un besoin personnel : 
Après bien des déceptions et des blessures dont la liste n’est pas le sujet ici, comment pouvais-je me soigner sans aucune crainte d’être abusé, voire abîmé ou détruit par une personne ou une technique inconnue de moi-même dont, par définition, je ne pourrai rien savoir de manière sûre avant de procéder personnellement à des années d’étude de médecine, de médecine douce, et d’autres sciences cliniques de santé ?

La réponse m’est apparue limpide : je devais me soigner moi-même, avec mes propres ressources, et de façon assez rapide - au moins en ce qui concerne les premiers indices de guérison - pour pouvoir être certain de la réalité des améliorations espérées, et être ainsi conforté pour continuer les soins.

Je ne suis ni médecin ni scientifique en aucune manière, et je ne suis pas non plus un érudit : mon sujet sur ce site web sera donc de transmettre tous les éléments utiles à l’utilisation de cette méthode, et non pas de faire un cours historique et argumenté avec des citations savantes sur les recherches passées et en cours sur le rêve au niveau thérapeutique comme récréatif. 

Ma démarche est une démarche toute personnelle sur mes propres deniers, et pour cette raison je ne peux qu’inviter tous les scientifiques intéressés par les résultats extraordinaires qu’elle permet d’obtenir à l’étudier avec leurs critères afin d’en tirer des conclusions irréfutables, et ainsi de permettre sa reconnaissance par les milieux médicaux et sa large diffusion pour le bien de tous.

Après une approche sérieuse de l’hypnose - en fait de l’autohypnose car toute hypnose est véritablement de l’autohypnose - et la compréhension personnelle profonde de quelques phénomènes hypnotiques comme la possibilité de communication directe avec notre partie inconsciente, j’ai commencé à faire un parallèle de ses techniques et de ses résultats avec le rêve. 

J’ai compris que soit nous accordions très peu - trop peu - d’importance à cette manifestation de notre cérébralité, soit au contraire nous y accordions beaucoup trop de sens caché.

Très souvent nous la dénaturons en voulant essayer d’interpréter ce qu’elle aurait à nous dire sous la forme de nos réminiscences de rêves.

L’intuition dont je parle plus haut fut la suivante : et si nos rêves n’étaient pas des messages, mais la manifestation directe des essais de guérison de notre partie inconsciente ?

Si nos rêves n’étaient que la tentative désordonnée et aléatoire de notre psyché pour essayer de réorganiser au mieux nos pensées comme nos cellules ? 

Et partant de cette hypothèse, si nous trouvions le moyen d’orienter ces tentatives désordonnées pour aller autant que faire se peut vers des améliorations systématiques de notre état général, physique comme psychique, en évitant si possible des mésinterprétations de traumatismes avec des séquelles fâcheuses, ainsi que des somatisations toujours présentes lorsque nous subissons des maladies et autres problèmes physiques sans nous arrêter sur le message que notre corps essaie de nous transmettre ?

Vous disposez maintenant avec ce site web de tous les éléments pour comprendre les tenants et aboutissants de ma méthode ainsi que son mode d'emploi, et vous avez tout le temps de vos sommeils nocturnes et diurnes pour l'expérimenter à votre propre avantage.

Bonne navigation, et merveilleuse santé !